Xavier Nayrac

Accro au TDD, rubyiste mais pas que, maker, heureux utilisateur de Vim.
Si vous vous sentez particulièrement généreux, suivez moi sur Twitter.

Fabriquer une vactrol pour piloter un oscillateur

| Comments

Vactrol, comme Frigidère ou Mobylette, c’est une marque passée dans le langage courant pour désigner l’objet. En français on peut aussi utiliser photocoupleur, optocoupleur, ou opto-isolateur. Je continuerais quand même à employer le terme «vactrol» pour plus de simplicité.

C’est quoi ?

Une vactrol est la combinaison d’une source lumineuse, une LED dans notre cas mais n’importe quoi peut fonctionner en théorie, et d’un récepteur, ici ce sera une photorésistance. Le tout doit être isolé de la lumière extérieure du mieux possible.

Une photorésistance est un composant dont la résistance change en fonction de la quantité de lumière reçue. Plus la LED sera lumineuse, plus la résistance de la photorésistance va chuter. Inversement, plus la LED sera sombre, inactive, plus la résistance du dispositif sera importante.

Fonctionnement d’un oscillateur à base de CD40106

| Comments

Dernièrement j’ai écrit un article qui montre quelques oscillateurs simples, mais sans fournir d’explications sur le fonctionnement. Aujourd’hui je vais tenter d’expliquer ce qu’il se passe, comme j’aurais aimé qu’on m’explique quand j’ai débuté l’électronique.

Le CD40106 est un inverseur logique, il applique la fonction NOT. Si le signal en entrée est un 1 logique, le signal en sortie sera un 0 logique. Inversement, si le signal en entrée est un 0 logique, le signal en sortie sera un 1 logique.

C’est donc du numérique, et ça semble simple.

Mais qu’est ce qu’on entend par 0 et 1 logique ? Quand le circuit intégré CD40106 est alimenté par une pile 9 Volt, le 0 logique en sortie correspond à un signal de 0 Volt et le 1 logique correspond, toujours en sortie, à un signal de 9 Volt (à peu près). Par contre en entrée, c’est un peu plus compliqué, parce que l’électronique c’est jamais seulement numérique. Mais on y reviendra plus tard.

Voici l’oscillateur dont je parle dans la suite de l’article :

Quelques oscillateurs très simples

| Comments

J’ai l’intention de fabriquer mon synthétiseur modulaire. Et comme il faut bien commencer quelque part, un oscillateur semble un bon point de départ. Je pourrais utiliser un Arduino, ou une plate-forme similaire, écrire quelques lignes de code, et voilà. Mais ça aurait beaucoup moins de charme que de faire un peu d’électronique en mode vintage. Je vais donc commencer par ce que j’imagine être le plus simple : un oscillateur avec un seul composant principal et quelques résistances et condensateurs. Ça n’ira pas bien loin, ça fera sûrement mal aux oreilles, mais au risque de me répéter «Il faut bien commencer quelque part.»

Le format Eurorack

| Comments

Eurorack est actuellement le format le plus populaire pour les synthétiseurs modulaires. C’est un standard de facto parmi la jungle des formats existants. Du moins, c’est le standard «pas trop cher» car le format Moog Unit, plus luxueux, est aussi assez populaire. Vous remarquerez que j’utilise des guillemets autour de «pas trop cher» parce qu’un synthé modulaire, c’est de toute manière onéreux.

Doepfer A-100

100 jours de synthé modulaire

| Comments

Pendant 100 jours je vais étudier les synthés modulaires selon les règles suivantes, adaptées du site 100DaysOfX :

Règles

  • 1 heure par jour pendant les 100 prochains jours. (Mais j’ai une famille, des obligations, plusieurs autres passions et loisirs. Donc il est probable que je ne puisse pas souvent trouver une heure entière. Pas grave, ce qui compte c’est le coté journalier.)
  • 1 tweet quotidien sur mes progrès du jour (#100DaysOfMusic #ModularSynth).
  • 1 blog post par semaine minimum, pour aider d’autres personnes avec ce que j’aurai appris.

Comparaison de deux expériences utilisateur

| Comments

Mercredi 9 janvier était le premier jour des soldes d’hiver. J’ai acheté plusieurs schcromlungues sur 2 sites différents et je voudrais vous parler un peu de l’expérience utilisateur.

L’objectif n’étant pas de pointer du doigt un site en particulier, je ne dévoilerai pas leurs identités. Il suffit de savoir que ce sont deux sites qui sont là depuis longtemps, plus de 10 ans, et que tous deux vendent les mêmes produits. Et bien sûr, je n’ai pas vraiment acheté des schcromlungues, mais ça n’a pas la moindre importance ici. Donc, disons que c’était bien des schcromlungues. Le site numéro 1 sera rebaptisé Alpha, et le numéro 2 prendra le nom de Bêta.

Comment créer votre propre localisation sous Linux

| Comments

Un article récent «Configurer Linux pour utiliser une représentation de date logique (ISO 8601)» a retenu mon attention. L’auteur y parle de la configuration des variables locales sur Linux. Des variables telles que LANG, LC_NUMERIC, et plus particulièrement LC_TIME. Ça m’a fait penser qu’après 21 ans d’utilisation de Linux, je n’avais jamais pris le temps de regarder comment fonctionnent ces variables de configuration. Quand tu écris LANG=fr_FR, qu’est ce qu’il se passe vraiment ?

Gopher : Récupérer le menu principal

| Comments

Pour aller plus loin dans la compréhension du protocole Gopher nous pouvons écrire un petit client texte, sans prétention.

Mais avant toutes choses, il faut pouvoir se connecter à un serveur, lui envoyer un sélecteur, et récupérer les informations que va envoyer le serveur. Il nous faut un langage qui permet de créer et d’utiliser des sockets facilement. Beaucoup de langages répondront à cette contrainte, donc en gros, choisissez celui avec lequel vous êtes le plus à l’aise.

Présentation de Gopher

| Comments

En 1997, ma maigre connexion internet était facturée chèrement à la seconde. J’utilisai encore beaucoup Gopher qui était plus rapide que le web pour chercher des documents purement textuels. À cette époque je ne m’intéressais pas au fonctionnement de Gopher, je voulais seulement que ça aille vite. 21 ans après, alors que je redécouvre cette partie d’internet que j’avais oublié, je vais prendre le temps de voir comment Gopher fonctionne.