Xavier Nayrac

Rubyiste accro au TDD, serial blogger, apprenti data scientist, heureux utilisateur de Vim, accordéoniste.
Si vous vous sentez particulièrement généreux, suivez moi sur Twitter.

Hacker la classe Fixnum

| Comments

Niveau : facile

Ou les classes ouvertes en Ruby

1
2
3
4
5
1.hour_in_minutes #=> 60

37.celsius_in_farenheit #=> 0

2.dozens #=> 24

C’est un aspect du langage que tous les rubyistes confirmés connaissent, mais il est toujours utile d’en reparler pour les plus novices : En Ruby, même les classes dites système peuvent être redéfinies, modifiées, augmentées, pliées à vos besoins.

En un mot, on dit que les classes restent ouvertes.

Si je veux par exemple pouvoir transformer les nombres entiers en bytes et en words, je peux écrire les méthodes to_bytes et to_words.

Un byte = un octet
Un word = deux octets

Voici ces méthodes simples, définies dans une session irb :

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
>> def to_bytes(number)
>>   number
>> end

>> def to_words(number)
>>   number * 2
>> end

>> to_bytes(11)
11
>> to_words(11)
22

Ça fonctionne très bien mais 1) ça n’est pas très orienté objet, et 2) ça n’est pas très ruby. Plutôt que to_words(11), on écrirait plus volontiers 11.words, c’est quand même plus classe (oh le jeu de mot à deux balles).

En parlant de classe justement, voyons quelle est la classe d’un nombre entier :

1
2
>> 123.class
Fixnum < Integer

C’est tout ce qu’il nous faut savoir pour augmenter les nombres entiers avec nos propres méthodes byte, bytes, word et words :

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
class Fixnum
  def byte
    self
  end
  alias_method :bytes, :byte

  def word
    2 * self
  end
  alias_method :words, :word
end

Comme vous pouvez le constater, j’ai ouvert la classe Fixnum pour y ajouter mes méthodes. Je rappelle que self est l’objet courant.

Si vous ne savez pas ce qu’est ce alias_method, dites vous que ceci :

1
2
3
4
  def word
    2 * self
  end
  alias_method :words, :word

est équivalent à cela :

1
2
3
4
5
6
7
  def word
    2 * self
  end

  def words
    word
  end

Et voilà :

1
2
3
4
1.byte  #=> 1
2.bytes #=> 2
1.word  #=> 2
3.words #=> 6

Edit du 5 juin 2015 J’ai oublié de mentionner que l’utilisation des classes ouvertes est sujet à controverse parmi les rubyistes. Trop de monkey patching (l’autre nom pas très gentil des classes ouvertes) peut effectivement rendre une gem compliquée ou délicate à utiliser en commun avec d’autres gems. Comme toujours, je pense que c’est une histoire de compromis et de «ça dépend». Notez que depuis Ruby 2.0 il existe une alternative au monkey patching : le raffinement de méthode.

Articles connexes

Commentaires