Xavier Nayrac

Rubyiste accro au TDD, serial blogger, apprenti data scientist, heureux utilisateur de Vim, accordéoniste.
Si vous vous sentez particulièrement généreux, suivez moi sur Twitter.

Le jeu de la vie dans sept langages différents

| Comments

Niveau : intermédiaire

Je vais écrire le jeu de la vie dans 7 langages, et en utilisant le TDD (sauf pour l’affichage). Ça va me permettre de réviser certains langages et d’en apprendre de nouveaux d’une manière amusante. Après tout, quoi de plus fun qu’un jeu pour zéro joueur.

L’algorithme

L’idée directrice, c’est de faire au plus simple. L’algorithme général sera le suivant :

  1. obtenir une première génération au hasard
  2. afficher la génération
  3. calculer la nouvelle génération et retour au point 2.

Discutons un peu chacun des trois points.

Obtenir une première génération au hasard

Cette génération sera stockée dans un tableau (une liste). Suivant le langage, j’utiliserais un tableau à 1 ou 2 dimensions.

Afficher la génération

Il s’agit d’afficher à l’écran le tableau calculé précédement. Chaque élément du tableau représente une cellule du jeu de la vie, et une cellule sera représentée à l’écran par un pixel. Alors un pixel pour une cellule, ça risque d’être assez moche sur la plupart des dispositifs, mais c’est le plus simple. J’améliorerais peut-être cet affichage plus tard.

Calculer la nouvelle génération

Là encore, j’essaye d’aller au plus simple. On va calculer la nouvelle génération dans un second tableau. Une fois ce calcul effectué, ce second tableau remplacera le premier.

Pour calculer le nouvel état d’une cellule, on devra observer la cellule et ces 8 voisins. Autrement dit on observe une fenêtre de 9 cellules et on veut connaitre le nouvel état de la cellule centrale. Il y a 3 cas possibles:

  1. Si la somme des cellules vivantes est 3, alors la nouvelle cellule sera vivante.
  2. Si la somme des cellules vivantes est 4, alors la nouvelle cellule conserve son ancien état.
  3. Dans tous les autres cas, la nouvelle cellule est morte.

Il faut encore parler du cas des cellules qui se trouvent sur les bords du plateau de jeu. Normalement, le jeu de la vie est infini. Mais l’infini, c’est pas simple. Dans une première itération, le plateau de jeu aura des dimensions finies et les cellules qui se trouvent sur les bords se verront ajoutées arbitrairement des voisins morts.

Une seconde itération pourrait implémenter une espèce de tore pour avoir une surface de jeu sans bordures.

Les langages ciblés

Je vais écrire le jeu de la vie dans 7 langages différents:

  • ruby
  • javascript
  • racket
  • logo
  • julia
  • haskell
  • rust

Pourquoi ces langages ?

Ruby

Ça peut paraitre bizarre. Après tout j’écris en Ruby toute la journée, c’est mon métier. Pourquoi vouloir en faire encore pendant mon temps libre ? En fait, ce qui m’intéresse vraiment ici, c’est Opal.rb. Peut-être aussi que j’en ferais une seconde version avec Gosu.

Javascript

Après des années passées à tenter d’éviter d’écrire la moindre ligne de Javascript, je m’intéresse de nouveau à ce langage. Après tout, c’est un incontournable du Web et il commence à me plaire. Et puis j’ai trop tardé à faire du TDD avec Javascript, je crois que Jasmine est devenu très bon.

Racket

Je crois que tout développeur devrait étudier un Lisp like. Lisp t’oblige à penser autrement et du coup tu trouves des solutions différentes à des problèmes de programmation de tout les jours.

Logo

Le Logo, c’est ma madeleine de Proust ! Voilà. Encore un Lisp like, mais différent (on l’appelait Lisp sans parenthèses). J’espère que je trouverais encore des ressources pour celui-ci.

Julia

Je pense que les langages fonctionnels ont un grand avenir. Ils résolvent au moins deux soucis. En ce concentrant sur la transformation des données plutôt que sur l’état de ces données, ils facilitent les tests et l’utilisation des multi-coeurs.

Haskell

Encore un langage fonctionnel, et celui-ci me fait un peu peur. Mais je me dis que je devrais y goûter.

Rust

Je voulais un langage système dans cette liste, ce sera Rust.

Fréquence de publication

Je ne m’avancerais pas sur une fréquence de publication. J’imagine qu’il y aura 3 ou 4 articles par langage. Et suivant le temps dont je disposerais, ça pourrat-être aussi bien un article par mois ou trois articles par semaine.

Allez, la prochaine fois on commence avec Ruby/Opal.

Articles connexes

Commentaires