Xavier Nayrac

Rubyiste accro au TDD, serial blogger, apprenti data scientist, heureux utilisateur de Vim, accordéoniste.
Si vous vous sentez particulièrement généreux, suivez moi sur Twitter.

Quand internet m'énerve (ou mes principes à la con

| Comments

Bonjour à tous, rien de technique aujourd’hui, seulement sept petits coups de gueule à propos de ce qu’on trouve parfois sur internet.

numéro 1

Le site web qui affiche directement une boite modale du style «Recevez notre newsletter». Avant même de me dire bonjour, avant même de savoir de quoi on va me parler, on me met ça en pleine tronche ! Ce que ça me dis de votre site web c’est: «tu est juste là pour augmenter mon carnet d’adresse». Non merci, je ferme l’onglet sans me poser de questions…

numéro 2

Les sites dans le genre de Quora: «You must sign in to read past the first answer.» Pourquoi devrais je m’inscrire ? C’est trop demander que de me l’expliquer en une phrase ? Je ferme l’onglet sans me poser de questions…

numéro 3

Les issues désactivées sur Github. Vous ne voulez pas savoir ce qui cloche dans votre programme ? Pas grave, j’en trouverais un autre…

numéro 4

Les sites web affichant une police de caractères de 12 pixels, voir moins. Alors oui, je peux toujours zoomer, mais quel est l’intérêt de m’obliger à le faire ?

numéro 5

Les articles de blogs qu’on ne peut pas commenter. Tu as peur de quoi ? C’est dommage car j’avais une question intéressante pour nous deux, et peut-être aussi pour d’autres. Tant pis, je ne viendrais plus…

numéro 6

Les questions obligatoires dans les sondages. Voilà comment je vois les choses: je te donne de mon temps pour t’aider, pour t’être agréable, et toi tu veux m’obliger à répondre. Ben non, tu n’auras pas mes réponses…

numéro 7

Les projets open-source sans documentation. Et comment je fais pour l’utiliser, moi ? Je suis censé lire les sources, sans rire ? Tant pis, je trouverais mon bonheur ailleurs…

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Ça fait du bien de s’exprimer un peu. Et vous, qu’est-ce qui vous met de mauvaise humeur sur le net ? Lâchez vous, c’est le moment…

À demain.

Articles connexes

Commentaires