Xavier Nayrac

Rubyiste accro au TDD, serial blogger, apprenti data scientist, heureux utilisateur de Vim, accordéoniste.
Si vous vous sentez particulièrement généreux, suivez moi sur Twitter.

Implémenter un langage sur Parrot - partie 8: la grammaire

| Comments

Niveau : intermédiaire

Écrire un langage sans en spécificier la grammaire c’est un peu comme se tirer une balle dans le pied. Même quand le langage est aussi simple et petit que Naam (voir l’article originel), c’est un gain de temps pour la suite.

Pour spécificier la grammaire d’un langage informatique, on utilise généralement la BNF, (Backus Naur Form) ou l’une de ses extensions. Il n’est pas rare qu’un auteur utilise une version personnalisée de la BNF, et c’est ce que je vais faire pour Naam.

Voici les quelques règles de la méta-syntaxe:

{foo}         zero or more foo
foo | bar     foo or bar
foo           a non-terminal foo
'foo'         keyword foo
[foo]         zero or one foo
---           free speech

Et voici la grammaire de Naam:

program           ::= {instruction | eol}

instruction       ::= function_def | print_statement

print_statement   ::= 'print' word ( int ) eol

function_def      ::= word ( word ) = eol {if_clause} else_clause

if_clause         ::= int 'if' test eol

test              ::= word op int

else_clause       ::= int 'else' eol

op                ::= < | >

eol               ::= --- End of line
int               ::= --- Integer
word              ::= --- Anything else

Cette grammaire est vraiment toute petite, mais suffisante pour spécifier le programme suivant, qui est ce que j’ai choisi pour commencer à écrire le compilateur Naam:

sign(n)=
1 if n > 0
-1 if n < 0
0 else

Alors pourquoi écrire une grammaire ? Pourquoi ne pas commencer à coder directement le compilateur ? Parce qu’il faut bien avouer qu’écrire une telle grammaire n’a rien d’amusant. Tout d’abord une grammaire, même petite, possède toujours un certain niveau de complexité qu’il est difficile de faire tenir entièrement dans sa tête. En l’écrivant on met à jour certains problèmes qui sinon resteraient cachés longtemps. Autre intéret d’écrire la grammaire: chaque règle va devenir un morceau de code ; écrire la grammaire c’est un peu comme avoir déjà écrit une partie du compilateur. Dans un prochain article je suivrais cette grammaire pour effectuer la vérification de la syntaxe.

À demain.

Articles connexes

Commentaires